Crise: effets et contre-effets

Préoccupant: la crise provoque une inquiètude légitime dans les familles. Outre un ralentissement de la consommation, la plannification des études des enfants est remise en cause. Le phénomène est encore plus sensible dans les pays où les études universitaires sont payantes… et très chères. En conséquence, les universités prévoient une désaffection pour les cycles longs. A terme, celà signifie une érosion du nombre et de la qualité des chercheurs, des enseignants, brefs des acteurs du futur de notre civilisation

Et si… pour créer un contre-effet… et si tous les musées publics ouvraient gratuitement pendant les week-ends, le temps d’un printemps: pour permettre aux plus modestes de s’ouvrir l’esprit à autre chose qu’au marasme ambiant, pour permettre à tous de sortir, de découvrir, d’apprendre, de rencontrer d’autres personnes? J’entends que les expos parisiennes rencontrent un grand succès, je ne suis donc pas dans le registre de l’utopie. Je pense qu’au contraire, ce serait une vraie décision politique. Populaire.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *